Jour 1 – Jour 2 – Jour 3

Du DIY à l’impression 3D

Ça y est, elle est arrivée notre Discoeasy 200 de chez Dagoma !
Quelques séances de Do It Yourself et nous pourrons nous essayer à l’impression 3D. L’équipe trépigne d’impatience.

Les paris sont lancés, tiendra-t-on les 4 h de montage annoncés ?

On ouvre la boîte, et commence l’identification de toutes les pièces. Et ne vous y trompez pas, il y a beaucoup de pièces!

Une fois cette étape réalisée, c’est parti on peut démarrer le montage.

L’équipe s’organise : visionnage de la notice, montage et contrôle du travail réalisé.
D’abord on prépare les sous-ensembles. Les premiers tours de tournevis sont donnés et très vite toutes les pièces sont prêtes à être assemblées.

Nous pouvons passer aux choses sérieuses : la structure .

Et au niveau timing, on en est où ? Bon d’accord, les premières étapes ont été un peu plus longues que prévues, mais là on tient bon le rythme !

La base de l’imprimante est assemblée, l’équipe s’accorde pour poursuivre demain.

Le montage de l’imprimante 3D Dagoma continue

Aujourd’hui c’est l’installation du plateau, de la tête d’impression et le branchement des câbles.
L’équipe est gonflée à bloc, prête à remporter le challenge : finir le montage aujourd’hui.

1,2,3…c’est parti !

Avec minutie et dextérité, l’équipe installe le plateau sur la base de la structure. Puis, elle s’attaque à la tête d’impression et ses courroies. La tâche commence à se complexifier…


Mais dites-donc, cela commence à ressembler à une imprimante 3D 😉

Etape suivante : le branchement des câbles. 
Il y en a de toutes les longueurs mais surtout de toutes les couleurs, mieux vaut ne pas être daltonien.

La concentration est à son comble : le fil vert sur le bouton vert, le fil rouge sur le bouton rouge !

Il ne reste plus que quelques branchements et c’est terminé !

Mais que se passe-t-il, l’équipe s’agite soudainement, un vent de panique envahit la pièce : IL MANQUE UN CONNECTEUR !!!!! Si près du but, quel dommage…

Un petit appel au SAV de Dagoma et la sérénité revient : le connecteur va nous être rapidement envoyé. Un peu frustrant, nous devons prendre notre mal en patience quelques jours… To be continued…

Jour 3 – Calibrage de l’imprimante 3D et premier essai

Le connecteur manquant en main, l’équipe effectue le dernier branchement.

Roulements de tambour : l’imprimante est montée !

Place maintenant au calibrage de l’imprimante. Le logiciel est lancé…il ne se passe rien…l’imprimante n’est pas reconnue…

L’équipe vérifie toutes les connexions : un fil trop pincé, une petite inversion dans les branchements…c’est bon, la phase de calibrage peut vraiment commencer.

La tête d’impression se positionne et démarre une première impression : elle est trop haute, les filaments s’agglutinent mais n’accrochent pas sur le plateau !

Tout est stoppé, la hauteur de la buse est réglée grâce aux coupleurs, au millimètre près.

On dirait que l’équipe commence à apprivoiser la bête !

L’impression est relancée : test réussi !


Après des dizaines de visionnage de la notice ,un certain nombre d’heures de montage , un calibrage chaotique et des anecdotes plein la tête, nous sommes enfin prêts pour réaliser nos projets.